Solidarité Combattante

    Cette organisation a été crée en Pologne en 1982, par Kornel Morawiecki, suite à des différences d’analyse entre les militants du syndicat «Solidarnosc».  Elles concernaient les méthodes de lutte contre le pouvoir totalitaire, après la déclaration de l’état de guerre en Pologne, en 1981. En exigeant la liberté pour la Pologne et tous les autres pays communistes, SW a dépassé les frontières du syndicalisme, son but et ses taches.  Solidarité Combattante refusait ouvertement aux communistes le droit de garder le pouvoir et elle a prévu leur chute future. 

    L’organisation comptait environ 2000 membres, et possédait des sections dans tout  le pays. Elle avait aussi des représentants à l’étranger. SW a été dirigée par son président, un Conseil et un Comité Exécutif. Les principales méthodes de lutte étaient: des éditions clandestines et des informations, des programmes clandestins de radio, l’organisation de protestations, des manifestations de rues, et des grèves. Elle a collaboré avec le syndicat «Solidarnosc» et appuyé souvent leurs actions syndicales.

   Solidarité Combattante avait une grande efficacité grâce au service de renseignement basé sur l’écoute des messages de la police politique – (SB), et grâce à la collaboration de certains fonctionnaires de la SB. Dans la deuxième partie des années 80, elle a aidé activement les luttes pour l’indépendance en l’Europe de l’Est et sur le territoire de l’URSS. Des émissaires de l’organisation se sont rendus en Lituanie, Lettonie, Estonie, Ukraine, ainsi qu’en Moldavie, en Georgie, au Kazakhstan, en Arménie, en Azerbaïdjan. Sur place ils échangeaient leurs expériences  avec les militants et leur donnaient des conseils, passaient en fraude du matériel électronique et d’imprimerie, amenaient des tracts de SW et des éditions interdites en langues tchèque, russe, hongroise et ukrainienne.

   En 1989 l’organisation était contre la collaboration avec les communistes, en opposition avec certains membres du syndicat «Solidarnosc», qui avaient participé à la «Table Ronde». Cette position était motivée pour des raisons éthiques et politiques.

    SW est sortie de la clandestinité en 1992. Certains membres ont continué de militer pour une Pologne libre dans le cadre d’un parti légal – «Parti de la Liberté». Dans le nouveau contexte politique le programme de rupture radicale avec le communisme n’a pas été accepté par la société. 

    La collaboration politique et la propagande des signataires de la «Table Ronde» a en effet provoqué la marginalisation  politique de l’organisation et on a oublié presque entièrement son rôle important dans la chute du communisme.  Uniquement dernièrement le rôle de Solidarité Combattante commence à être évoquée. 

    Leurs slogans principaux étaient: «Libres et solidaires» ainsi que «Pour la liberté des peuples et des nations».

    Le logo de cette organisation sont les lettres SW inscrites dans le signe de l’ancre (symbole de l’espérance et en même temps preuve de la fidélité à la tradition, parce que le signe de l’ancre était  utilisé par l’Armée Nationale (A.K.) pendant la deuxième  guerre mondiale). 

   En juin 2007 Solidarité Combattante fêtera le 25ème anniversaire de sa création avec la participation du pouvoir polonais, le président de la République, en tête. 

Przewiń do góry